Entremets façon tiramisu (vegan, sans gluten)

Categories Culinarium, L'Arbre-en-ciel, Mets mots, Recettes sucrées, Sans gluten
Entremets façon tiramisu (vegan, sans gluten)

Douce nostalgie

J’ai la nostalgie douce. Et facile.

Facile, car il ne se passe pas une heure sans que je ne voyage dans les méandres de mes souvenirs. Un parfum dans l’air, un air de symphonie, une symphonie de saveurs…

Douce, car ces souvenirs – qui sont à chaque fois une réécriture du passé, ne l’oublions pas – ont quelque chose de réconfortant. Je pourrais en ressentir du regret, des remords, de l’amertume, ou au contraire m’y plonger pour fuir la dureté du présent en imaginant un factice âge d’or. Cela m’arrive parfois, mais la plupart du temps ces courts voyages dans l’imaginaire de mon passé me donnent de l’élan, de la force. J’y vois non pas ce que j’ai perdu, ce qui a été et ne sera pas, mais ce qui pourrait être, ce qui pourrait revenir.

Le présent aussi, bientôt, déjà, pourra se muer en un doux souvenir.

Nostalgie. Le mot en lui-même est un oxymore. En effet, étymologiquement, le terme vient des mots grecs nostos, “retour heureux, salut”, et algos, “mal, souffrance”. Voilà sans doute pourquoi on la qualifie souvent de douce-amère, et pourquoi je l’aime tant, puisqu’elle est inclassable, on ne peut la qualifier ni de foncièrement positive, ni de foncièrement négative.

Entremets façon tiramisu (vegan, sans gluten)

Je pourrais vous faire un parallèle avec le dessert du jour, librement inspiré du célèbre tiramisu, ce gâteau italien alliant la douce de la crème et l’amertume du café et du cacao. Mais je n’ai pas osé vraiment le qualifier ainsi, car comme je vous le disais dans un précédent post Instagram, ce dessert n’a pratiquement rien en commun avec son modèle, si ce n’est la forme bien sûr, et plus étonnamment, le goût. Pas de mascarpone, pas de biscuits à la cuillère, et même pas de café, le tout végétalien et sans gluten.

En même temps, voilà bien longtemps que je n’ai pas dégusté de tiramisu. La dernière fois doit remonter à un lointain essai maison, lorsque toute jeune adolescente je m’essayais à la cuisine. Depuis, je suis allée plusieurs fois en Italie, mais n’ai jamais eu l’occasion de déguster un véritable tiramisu, d’une parte car je ne consommais déjà plus de lactose à cette époque, et d’autre part parce qu’un plat de pâtes suffisait à me contenter, sans laisser de place pour un éventuel dessert (il y avait bien le goûter, mais il était réservé aux glaces, plus faciles à trouver en version véganes et à déguster entre deux visites).

Et pourtant, en plongeant ma cuillère dans ce merveilleux dessert la première fois, je me suis souvenue de cette soirée dorée dans le parc de la Villa Borghese, la vue sur la Piazza del Popolo, les pieds meurtris d’avoir trop marché, le corps las d’une nuit mouvementée dans un train couchette, l’âme un peu lourde de peurs refoulées, et était-ce à cause de ça, grâce à ça, mais toutes les émotions étaient exacerbées ; devant un Caravage, dans la basilique Sainte-Praxède aux murs recouverts de mosaïques, dans le cloître de la basilique de Saint-Jean-de-Latran, j’en aurais pleuré de beauté.

Aucune description de photo disponible.
Douce nostalgie

Alors modestement, si une recette a ce pouvoir-là, même si elle n’a rien de “conventionnelle”, j’ai à cœur de la partager. Elle contient deux ingrédients magiques : le psyllium et la caroube. Le premier, tégument de la graine de la plante du même nom, possède des propriété liantes, épaississantes et digestives qui en font un ingrédient de choix dans la cuisine sans gluten. La caroube quant à elle, avec son goût entre le café, le cacao et le caramel, vient ici remplacer le traditionnel café qui vient imbiber les biscuits, mais on peut bien sûr s’en tenir à la version traditionnelle.

Entremets façon tiramisu (vegan, sans gluten)

Entremets façon tiramisu (vegan, sans gluten)

Pour 6 à 8 parts :

Pour la génoise :

  • 100 g de farine de riz
  • 50 g de fécule de pommes de terre (ou autre fécule)
  • 40 g de sucre
  • 1 càc de bicarbonate de soude alimentaire
  • 150 ml de lait d’avoine (ou autre lait végétal au goût neutre)
  • 1 càs de vinaigre de cidre
  • Vanille en poudre (facultatif)

Pour la crème :

  • 400 ml de lait d’avoine
  • 1 càs de purée de noix de cajou
  • 2 càs de psyllium en poudre
  • 40 g de farine de coco
  • 2 à 4 càs de sirop d’érable

Pour le “café” :

  • 1 càs de caroube en poudre
  • 200 ml d’eau

OU 200 ml de café

Au moment de servir :

  • Cacao en poudre

Préchauffer le four à 180°C.

Préparer la génoise : dans un saladier, mélanger la farine, la fécule, le sucre, le bicarbonate et la vanille. Verser progressivement le lait et mélanger à l’aide d’un fouet. Ajouter le vinaigre de cidre et mélanger rapidement.

Verse la pâte à génoise dans un grand moule rectangulaire ou directement sur une plaque allant au four recouverte de papier cuisson. Idéalement, la pâte doit former un rectangle d’environ 18 x 24 cm, sur 1 cm d’épaisseur.

Enfourner 15 à 20 minutes. La génoise doit être un peu gonflée, dorée et légèrement craquelée sur le dessus. Laisser refroidir.

Préparer la crème en mixant tous les ingrédients dans un blender. Ajuster la quantité de sucre selon les goûts. Laisser prendre quelques minutes au frais.

Préparer le “café” de caroube en diluant la poudre petit-à-petit dans l’eau (ou utiliser du café refroidi).

Pour l’assemblage, utiliser idéalement un plat rectangulaire de 12 x 18 cm environ. Sinon, il faudra sans doute adapter les dimensions de la génoise, ou une fois cuite la recouper suivant les dimensions de votre moule.

Couper la génoise en deux rectangle de 12 x 18 cm. Les imbiber chacun de “café” de caroube à l’aide d’un pinceau ou d’une cuillère. (On peut aussi couper la génoise en plus petits morceaux et les tremper l’un après l’autre dans le liquide).

Poser un rectangle de génoise au fond du plat. Recouvrir de la moitié de la crème. Poser le deuxième rectangle de génoise par-dessus, puis recouvrir du reste de la crème.

Laisser poser au moins 1h au réfrigérateur, idéalement une nuit.

Au moment de servir, saupoudrer de cacao en poudre tamisé. Déguster bien frais.

Entremets façon tiramisu (vegan, sans gluten)

3 thoughts on “Entremets façon tiramisu (vegan, sans gluten)

  1. Ta version végétale du tiramisu est superbe, elle donne très envie !
    Il s’agit donc pour toi d’une madeleine de Proust 🙂 J’aime aussi beaucoup les plats qui ont cet effet de saut dans le temps, de nostalgie comme tu le décris. Cela n’arrive pas souvent (pour moi en tout cas) alors oui ladite recette vaut la peine d’être partagé ! La dernière fois que cela m’est arrivé, c’était avec mon essai de Halva vegan… Un pur bonheur 🙂
    Bises à toi, et je te souhaite une bonne semaine !

    1. Merci beaucoup Claire !
      Je n’ai jamais mangé de halva, mais cela a l’air bien gourmand !
      Oui, ce “tiramisu” est une sorte de madeleine de Proust, bien qu’il ne m’évoque pas le souvenir d’une saveur, puisque je n’ai que rarement mangé de tiramisu (et jamais en Italie), mais une ambiance, cette soirée romaine, évidemment très lié à l’association d’idées tiramisu => Italie.
      Mes “vraies” madeleines de Proust, souvenirs gourmands de mon enfance, seraient plutôt… le chocisson (sorte de gâteau au chocolat avec des biscuits écrasés dedans, en forme de saucisson), le gâteau à la courgette (dont j’ai posté une version végétarienne sur mon blog au tout début), le gâteau aux pépites de chocolat, les figolus, les spritz (oui beaucoup de sucré !)…
      Bises à toi aussi, j’espère que tout va bien de ton côté en cette période de déconfinement !

      1. Aaah les figolus, ça me rappelle des souvenirs aussi 🙂 A veganiser à l’occasion ! Le saucisson au chocolat je me rappelle aussi en avoir fait quand j’étais ado. Je vais aller voir ton intrigant gâteau à la courgette 🙂
        De mon côté le déconfinement se passe bien, je vais de l’avant après une période tumultueuse. J’espère que de ton coté aussi tout se passe bien 🙂 Bises à toi Mathilde, et belle semaine !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *