Tableau de mars – suite et fin

Categories Elféméride, L'Arbre-en-ciel, Museum, Tableau du mois
Tartelettes brookies (vegan, sans gluten)

[Pour lire la première partie consacrée à mes lectures, c’est par ici !]

Films/séries/vidéos

Étant inscrite dans une bibliothèque d’Ille-et-Vilaine (en fait, travaillant dans trois d’entre elles !), j’ai accès à des ressources numériques en ligne gratuitement via le site de la bibliothèque départementale : presse, formations… et films ! Jusqu’alors, je n’en avais pas vraiment profité, mais cette période de confinement m’a permis de redécouvrir cette offre, et de bénéficier du visionnage de 4 films par mois (bon, un peu plus de mon côté, puisque j’ai aussi mes comptes professionnels).

Côté films, j’ai donc vu ce mois-ci :

  • Portrait de la jeune fille en feu, de Céline Sciamma, dont j’ai beaucoup apprécié la mise en scène, l’esthétisme très picturale et en même temps dépouillée, ainsi que le casting exclusivement féminin. Nous sommes à la fin du XVIIIe siècle, et Marianne est chargée de peindre le portrait d’une jeune femme tout juste sortie du couvent en vue de son mariage (arrangé, bien évidemment…). Celle-ci refusant de poser, Marianne lui ai présenté comme compagne de sortie. Une relation intense se noue entre les deux jeunes femmes, très touchante et intime, subtilement mise en scène. Ce fut une jolie découverte, même s’il m’a manqué un peu d’intensité pour que ce soit un coup de cœur.
  • Hors normes, d’Éric Toledano et Olivier Nakache, inspiré d’une histoire vraie et de personnes réelles, qui met en scène Bruno et Malik dans leur quotidien effréné à la tête de deux associations pour les adolescents et adultes autistes, en formant notamment des jeunes de quartiers défavorisés à devenir des éducateurs spécialisés. Le film met surtout l’accent sur les difficultés que rencontrent non seulement les deux associations, mais aussi les familles et les jeunes dans cette société où rien n’est prévue pour les personnes jugées “difficiles”. C’est un constat malheureusement fort réaliste, heureusement ponctué de moments délicieusement drôles et touchants, à l’image d’une vie avec une personne autiste (parole de petite sœur). Évidemment, ce film m’a paru trop court pour souligner toutes les complexités de la prise en charge (ou plutôt de la non-prise en charge) de ces personnes, mais il a le mérite de les mettre en lumière. Quand rien n’existe, tout est à créer !
  • Un Monde plus grand, de Fabienne Berthaud, là encore tirée de la vie d’une personne réelle, Corine Sombrun, et adapté de son livre Mon initiation chez les chamanes. J’étais curieuse de découvrir ce monde dont je ne sais rien, que je commence à découvrir par des discussions avec une amie initiée. C’était une bonne mise en bouche, se concentrant plutôt comment et pourquoi Corine devient chamane, pas vraiment sur les modalités de son initiation (dont j’imagine, le détail doit rester secret). Du coup et malheureusement de mon côté, la définition du chamanisme m’a paru un peu survolée, juste esquissée, notamment les animaux totems, la communication avec les esprits, le rapport à la nature, etc.

Côté séries :

  • J’ai regardé avec délectation les saisons 2 et 3 d’Anne with an E, que j’ai trouvées encore meilleures que la première au fur et à mesure qu’Anne grandit et s’affirme. Une photographie et une atmosphère toujours aussi lumineuse, des personnages secondaires d’une grande richesse et certes, beaucoup de romantisme, mais cette série a illuminé mon mois de mars et adouci largement ces premiers temps de confinement. J’ai appris avec regret (et incompréhension) que la série n’était pas reconduite, et qu’il n’y aurait pas de saison 4. Ô rage, ô désespoir !
  • J’ai aussi regardé la saison 2 d’Indian Summers, dont j’avais vu la saison 1 il y a quelques années, et qui ne m’avait pas vraiment marqué, même si je me souvenais que la fin nous laissait justement sur notre faim et annonçait une suite. La saison 2 a le mérite de clôturer l’histoire selon moi, celle d’une famille d’aristocratiques britanniques en Inde au début du XXe siècle, alors que les tensions se multiplient entre le gouvernement britannique et les nationalistes. Et à côté de ça, tout un tas de petites intrigues familiales et conjugales qui ne sont pas sans rappeler l’excellente série Downton Abbey (à un moindre niveau cependant). Malgré tout, certaines personnages sont totalement laissés à l’abandon selon moi (notamment Leena) et le scénario souffre de quelques incohérences.

Évidemment, Youtube n’est pas en reste, puisqu’il semblerait qu’il y ait eu une inflation de publications avec le confinement, j’ai d’ailleurs dû réfréner mes envies de tout voir tout regarder tout de suite, et je ne vous présente que les vidéos qui ont eu un véritable intérêt pour moi :

  • les points quotidiens édition “Covid-19” d’Hugo Décrypte, qui sont devenus ma principale source d’information sur la pandémie. Je n’ai pas la télévision (et m’en porte très bien), regarde très rarement les actualités en ligne et n’écoute la radio que pour aller au travail (ce qui donc n’était plus d’actualité, ma voiture restant sagement garée devant chez moi). Et autant dire qu’en 5 à 8 minutes chaque matin, j’en apprends autant qu’en 2 heures de télévision, juste le nécessaire pour être bien informée sans virer dans la paranoïa la plus totale.
  • Autre vidéo autour de l’actualité, qui nous semble bien lointaine maintenant, avec la remise du césar de la meilleure réalisation pour le film “J’accuse” de Roman Polanski. J’ai beaucoup apprécié l’analyse de Captain Popcorn dans sa vidéo “César de Polanski : faits et argumentation“, où j’ai retrouvé sa finesse et son sens critique que j’apprécie tant dans ses vidéos. De mon côté, je n’arrive pas à séparer l’homme/la femme de son œuvre, et n’ai de fait aucune envie de regarder ses films, malgré les recommandations de certains.
  • Je regarde régulièrement les vidéos scientifico-futuristes de Poisson fécond, notamment les “Et si… en 360 secondes”, très ludiques et originales. Ce mois-ci j’ai donc regardé Si on était 100 milliards d’êtres humains“, toujours aussi intéressante et édifiante, même si je vous l’accorde, cela ne détend pas vraiment l’atmosphère dans cette période anxiogène !
  • J’ai aussi visionné les “5 théories sur des peintures célèbres“, Didi Chandouidoui, et même si je n’ai pas appris grand chose (formation en Histoire de l’art oblige), j’aime beaucoup ce type de vidéos.
  • Comme vous vous en doutez, je suis aussi pas mal de booktubeurs/ses, notamment Margaud Liseuse qui a initié un nouveau type de vidéos intitulées Tranches de vie, des vlogs tout en douceur et en lectures. J’ai aussi regardé ses Renardises hiver 2020, où elle partage ses coups de cœur hors lectures (séries/cuisine/loisirs et autres… finalement un peu comme le contenu de cet article !)
  • J’ai aussi découvert la chaîne Booktube des Mots de l’imaginaire avec sa vidéo Parlons autrices, où elle présente des livres écrits par des femmes, avec souvent un contenu féministe ou du moins “girl power”. Même si je ne lis pas énormément de fantasy/fantastique/science-fiction (quoique…), je pense aller jeter régulièrement un œil sur sa chaîne dorénavant.

Podcast

Je me suis aussi mise à écouter des podcasts pour changer des vidéos Youtube ;). Ce mois-ci, j’ai découvert le podcast Métamorphose, un podcast autour du développement personnel et du bien-être constituant en près d’une heure d’interview avec une personnalité, praticien/ne, auteur/rice, médecin, scientifique, etc. J’ai déjà écouté plusieurs épisodes, notamment le numéro 35 avec Samuel Ganes autour de l’aryuveda, dont la philosophie m’intéresse beaucoup.

Cuisine

J’ai bien testé les brookies du livre Tout sans gluten de Clea comme promis ici, sauf que bien évidemment je les ai largement personnalisés ensuite pour donner ces tartelettes brookies absolument délicieuses, que j’ai refaites un nombre incalculable de fois par la suite.

Tartelettes brookies (vegan, sans gluten)

Méli-mélo

  • Nous avons eu la chance, maman, papa et mois, tous trois martiens, de pouvoir fêter nos anniversaires avant le confinement. À l’occasion de mon anniversaire, j’ai ainsi préparé ce délicieux gâteau poire chocolat.
  • J’ai reçu de jolis cadeaux bien évidemment, dont ces discrètes et délicates boucles d’oreilles feuillues, de Who we are, une marque de bijoux éthiques fabriqués en France.
Photo Who we are
  • J’ai commencé à travailler avec l’équipe des bénévoles et le conseil municipal sur un super chouette projet de nouvelle médiathèque dans une des communes où je travaille, qui m’a pris du temps mais m’a donné beaucoup de satisfaction.
  • Avoir ramené du travail plein de nouveaux livres à cataloguer et avoir de fait plein de livres à lire.
  • Laver ma voiture après des années d’empoussiérage et d’encrassage (bon, ça n’a pas duré longtemps car je vis à la campagne, mais elle était rutilante sur le moment).
  • Se promener dans la forêt en pull quelques minutes à deux pas de chez moi.
  • Prendre des nouvelles de mes proches.

N’hésitez pas à partager vos propres “tableaux” du mois en commentaire !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *