Sous le soleil de mes cheveux blonds, Agathe Ruga (roman, 2019)

Categories Esthétique des livres, L'Arbre-en-ciel, Litterarium
Sous le soleil de mes cheveux blonds, Agathe Ruga

Sous le soleil de mes cheveux blonds, Agathe Ruga (roman, 2019)

Il y a des amitiés qui s’essoufflent doucement, et d’autres qui s’interrompent brusquement, comme entre Brune et Brigitte. Il y a six ans, la blonde Brigitte a coupé court à leur longue relation de dix années, une relation entre fusion et trahison, partage et jalousie. Une amitié intense, passionnée, solaire, mais aussi dangereuse, venimeuse et destructrice.

Alors qu’elle est enceinte, Brune recroise son amie perdue en rêve… qui attend elle aussi un enfant, comme si leurs grossesses conjointes les reliaient aussi sûrement qu’un cordon ombilical. Elle se remémore alors leur histoire, leurs amours, leurs déboires, afin de tenter de trouver, peut-être, dans le méandre chaotique de ses souvenirs, la clef de cette rupture aussi brutale qu’inattendue.

Les thèmes traités et le style d’écriture sont résolument contemporains. L’autrice met en effet en scène la fougue d’une certaine jeunesse oscillant entre irrévérence et désillusion, sur fond de play-list pop (la blonde France Gall et les BB Brunes, évidemment non choisis au hasard… On pourrait faire toute une étude étymologique et symbolique sur les multiples références qui parsèment le récit). L’écriture est vive, portée par la voix de Brune qui saute de souvenir en souvenir par association d’idées. De fait, la chronologie est parfois difficile à appréhender, entre les multiples péripéties au gré des amours et des ruptures de la narratrice.

La figure de Brigitte reste jusqu’au bout nimbée de mystère, et de ses intentions, de ses états d’âmes, nous ne saurons rien, condamné(e)s à supposer, à imaginer ce qu’elle est, ce qu’elle était, à l’instar de Brune dans ce livre. Le récit tient ainsi à la fois du journal intime, de la confession et de l’hommage, à une personne qui fut si proche qu’elle en devient insaisissable.

Sous le soleil de mes cheveux blonds, Agathe Ruga

Atmosphère/climat : une journée d’été, chaude et dolente

Saveur : sucrée et chaude, un peu alcoolisée

Parfum : un mélange de parfum fleuri, frais et subtil (l’eau de parfum Chloé, affectionné par Brigitte : rose poudrée miellée, notes de litchi et de freesia) et d’une odeur de sueur, intense, piquante, presque boisée, épicée.

Rythme : tumultueux, désordonné, saccadé

Sonorité : toute la play-list de France Gall, et les BB Brunes

Couleur : jaune doré, comme les cheveux de Brigitte, comme leur amitié lumineuse et pleine de fougue, jaune symbole de fête et de joie… mais aussi jaune de la trahison et de l’infidélité.

Mots-clefs : amitié, amour, adolescence, trahison, maternité, grossesse, jeunesse, passion, France Gall

Fratrie culturelle :

MATHIEU Nicolas. Leurs enfants après eux. Arles : Actes Sud, 2018. 425 pages.

En août 1992, dans une vallée perdue de l’est de la France, deux adolescents trompent l’ennui d’une journée de canicule en volant un canoë pour aller voir ce qui se passe de l’autre côté du lac, sur la plage naturiste. Pour Anthony, 14 ans, ce sera l’été de son premier amour, celui qui orientera le reste de sa vie. Prix Goncourt 2018, prix de la Feuille d’or 2018, prix Blù Jean-Marc Roberts 2018.


DAVRICHEWY Kéthévane. Les Séparées. Paris : Éditions Sabine Wespieser, 2012. 181 pages.

Quand s’ouvre le roman, le 10 mai 1981, Alice et Cécile ont seize ans. Trente ans plus tard, celles qui depuis l’enfance ne se quittaient pas se sont perdues. Alice, installée dans un café, laisse vagabonder son esprit, tentant inlassablement, au fil des réflexions et des souvenirs, de comprendre la raison de cette rupture amicale, que réactivent d’autres chagrins. Plongée dans un semi-coma, Cécile, elle, écrit dans sa tête des lettres imaginaires à Alice.
Tissant en une double trame les décennies écoulées, les voix des deux jeunes femmes déroulent le fil de leur histoire. Depuis leur rencontre, elles ont tout partagé : leurs premiers émois amoureux, leurs familles, leur passion pour la littérature, la bande-son et les grands moments des ” années Mitterrand “. Elles ont même rêvé à un avenir professionnel commun.


JOSSE Gaëlle. Une Longue impatience. Montricher : Noir sur Blanc, 2017. 192 p. (Coll. Notabilia).

En Bretagne, la veuve d’un pêcheur épouse en secondes noces le pharmacien du village. Son fils, issu de son premier mariage, ne parvient pas à trouver sa place dans cette nouvelle famille et choisit de partir en mer, comme son père. Une longue attente commence alors pour la narratrice qui, pour tromper son ennui, imagine le grand banquet qu’elle offrirait afin de fêter le retour de son enfant.

En accompagnement : une limonade de fleurs de sureau (en plus c’est de saison), dorée, sucrée, fleurie et légèrement pétillante.


RUGA Agathe. Sous le soleil de mes cheveux blonds. Paris : Stock, 2019. 304 pages. (Collection Arpège).

L’une est blonde, secrète et bourgeoise. Au lycée, on la surnomme Brigitte. L’autre, extravertie et instable, répond au nom de Brune. Toutes deux sont encore des jeunes filles pleines d’avenir. Ensemble, elles se le promettent, elles pourront tout vivre. Traversant les années folles de la jeunesse, elles découvrent la joie d’aimer, de danser, de rire et de boire jusqu’au petit matin en rêvant à leurs destins de femmes. Mais un étrange jour d’été, tout s’arrête brusquement. Sans donner aucune explication, Brigitte rompt leur amitié et disparaît.
Les années passent mais n’effacent pas la douleur de l’absence. Lorsque Brune tombe enceinte, le moment est venu de comprendre ce qui s’est joué entre elles, ce qui les a unies puis séparées. D’autant que Brigitte, dont elle n’avait plus la moindre nouvelle, revient la hanter : dans ses rêves, elle aussi attend un enfant…

Semez les graines de L'Arbre-en-ciel
error

2 thoughts on “Sous le soleil de mes cheveux blonds, Agathe Ruga (roman, 2019)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *