Le Prince et la couturière, Jen Wang (bande dessinée, 2018)

Categories Esthétique des livres, L'Arbre-en-ciel, Litterarium
Prince et la couturière (Le), Jen Wang

Le Prince et la couturière, Jen Wang (bande dessinée, 2018)

Mixer conte de fée et réflexion autour du genre, c’est le pari audacieux et réussi de cette bande dessinée dynamique et colorée ! Un jeune prince aime porter des robes, des perruques et de beaux bijoux, telle une femme. Pour nourrir cette passion extravagante et secrète, il engage une jeune et brillante couturière, Francès. Celle-ci lui crée de sublimes vêtements, qu’il porte dorénavant sous le nom de Lady Crystallia, connaissant un immense succès. Mais c’est sans compter les ambitions de ses parents, qui cherchent à le marier. Francès, quant à elle, ne veut pas rester une petite main dans l’ombre et cherche la reconnaissance, tout en ne voulant pas nuire au prince.

Un sujet délicat traité avec brio, entre les questionnements liés à l’adolescence, à l’identité sexuelle et au genre, ainsi qu’aux premiers amours. Le dessin, vif et virevoltant, rend l’histoire fluide et dynamique, tandis que les couleurs chatoyantes dépeignent un monde coloré et expressif. Un court dossier clôt la bande dessinée avec quelques mots sur le processus de création.

Cette bande dessinée a remporté le Fauve Jeunesse à Angoulême en 2019, et elle le mérite amplement !

Prince et la couturière (Le), Jen Wang

Atmosphère/climat : une belle journée de printemps, foisonnante de vie.

Saveur : douce et sucrée, avec une pointe d’amertume.

Parfum : un parfum léger et délicat de fleur et de tissu.

Rythme : tourbillonnant, assez rapide.

Sonorité : froissements de tissu, bruits de ciseaux, musique baroque.

Couleur : rouge carmin, couleur de la vie, de la création foisonnante, de l’action, de la passion…

Mots-clefs : genre, adolescence, identité, identité sexuelle, couture, travestissement, amour, conte, royaume, affirmation de soi

Fratrie culturelle :

PEDROSA Cyril, MOREIL Roxanne. L’Âge d’or, volume 1. Marcinelle (Belgique) : Dupuis, 2018. 232 pages. (Collection Aire libre).

 À la mort du roi, Tilda s’apprête à monter sur le trône pour lui succéder dans un royaume accablé de maux et souffrant de disette. Avec le sage Tankred et le loyal Bertil, elle tente de mener des réformes mais est contrainte à l’exil par son frère. Avec l’aide de ses fidèles compagnons, Tilda décide de tout faire pour reconquérir son royaume, guidée par d’étranges signes.

Son esthétique ici !


BAGIEU Pénélope. Culottées : des femmes qui ne font que ce qu’elles veulent. Paris : Gallimard, 2016 (T.1)/2017 (T.2). 141 pages (T.1)/163 pages (T.2). Collection Gallimard bande dessinée.

Récits mettant en scène le combat de femmes d’origines et d’époques diverses, qui bravèrent les normes sociales de leur temps : Margaret, une actrice hollywoodienne, Agnodice, une gynécologue de l’Antiquité grecque qui se fit passer pour un homme afin d’exercer sa profession, Lozen, une guerrière et chamane apache, etc.

En accompagnement : un layer cake multicolore.

WANG Jen. Le Prince et la couturière. Traduit de l’américain par Achille(s). Talence (Gironde) : Akileos, 2018. 286 pages.

Alors que le prince Sébastien revêt des robes et court les nuits parisiennes sous l’identité de Lady Cristallia, ses parents, qui ignorent tout de sa vie nocturne, lui cherchent une fiancée. Une des deux seules personnes à connaître son secret est sa meilleure amie Frances, qui a toujours rêvé de devenir une grande couturière.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *