La Nuit des temps, René Barjavel

Categories Esthétique des livres, L'Arbre-en-ciel, Litterarium
La Nuit des temps, Barjavel 2

La Nuit des temps, René Barjavel, 1968 (roman, science-fiction)

 

Et si une première humanité, une humanité autre, avait vécu il y a 900 000 ans ? C’est ce qu’imagine René Barjavel dans ce roman fantastique, dystopique, qui revisite le mythe de l’Atlantide et la légende de Roméo et Juliette.

En Antarctique, des scientifiques découvrent, enfouis sous 1000 mètres de glace, les vestiges d’une civilisation humaine avancée, capable de créer à partir de rien. Tout ce qui n’existe pas existe. Mais aussi de survivre 900 000 ans, grâce à une technique de conservation au froid absolu.

Une femme, Éléa, et un homme attendent depuis bien longtemps le réveil, la promesse d’un monde en paix. Ils ont laissé derrière eux leur ancienne vie.

Et surtout, Éléa a laissé derrière elle Païkan, son âme sœur, une partie d’elle-même, des milliers de siècle derrière.

Le Docteur Simon, tiraillé entre sa fonction et son amour pour la jeune femme, Belle de glace dormant, venue de la nuit des temps, va chercher à communiquer avec elle, à percer les mystères de cette humanité si intelligente, si forte… qui a pourtant disparu brutalement.

Ce roman est un véritable ovni littéraire, mêlant récit mythique, légende, histoire d’amour et science-fiction (un petit côté Le Cinquième Élément, pour ceux qui connaissent le film de Luc Besson). L’auteur remet en outre en question la notion de progrès et critique la quête de pouvoir, menant bien souvent à la guerre. Surtout, il met en scène un amour pur, simple, et éternel.

Le rythme est soutenu et haletant, le style vif et efficace, le scénario original et prenant. Certains passages m’ont semblé un peu longs cependant, notamment le récit de la fuite désespérée d’Éléa et de Païkan, le dernier jour de l’humanité Gondawa. Une très belle découverte, ardente et rafraîchissante à la fois !

La Nuit des temps, Barjavel

Atmosphère/climat : glacial et tempétueux

Saveur : indéterminée, aquatique, un peu fade mais avec un léger goût métallique (sang ?) et salé (larmes ?)

Parfum : odeur d’hôpital et d’antiseptique, mais aussi de poussière et de renfermé

Rythme : accelerando più mosso più moto (accéléré plus agité, plus de mouvement), du lento au début au presto de la fin

Sonorité : assourdie, des bruits de craquements de glace et de battements de cœur, un léger sifflement très aigu, au loin

Couleur : un trio de couleurs entrelacées, bleu nuit, or, blanc bleuté « iceberg »

Les yeux d’Éléa, qui fascinent tant le Docteur Simon, bleu profond piqueté d’étincelles dorées, comme le ciel étoilé.

La sphère protectrice, faite d’or pur, matrice protectrice. Et tout autour, la neige et la glace.

Mots-clefs : science-fiction, dystopie, humanité, amour, Antarctique, sacrifice

En accompagnement : dans l’idéal, un genre de cuisine moléculaire, une mousse légère type espuma ou des petites billes qui explosent en bouche, à la saveur très délicate.

 

BARJAVEL René. La Nuit des temps. Paris : Pocket, 2012. 426 pages.

L’Antarctique. À la tête d’une mission scientifique française, le professeur Simon fore la glace depuis ce qui semble une éternité. Dans le grand désert blanc, il n’y a rien, juste le froid, le vent, le silence. Jusqu’à ce son, très faible. À plus de 900 mètres sous la glace, quelque chose appelle. Dans l’euphorie générale, une expédition vers le centre de la Terre se met en place. Un roman universel devenu un classique de la littérature mêlant aventure, histoire d’amour et chronique scientifique.

Semez les graines de L'Arbre-en-ciel

4 thoughts on “La Nuit des temps, René Barjavel

  1. Tu m’as donné bien envie de relire ce roman que j’avais découvert lorsque nous en avions étudié un extrait quand j’étais au collège (ça commence à dater maintenant!). J’en garde un bon souvenir, légèrement glaçant tout de même… Belle semaine à toi.

    1. Bonjour Milounette,

      Ah, tu n’es pas la seule à me dire que tu l’as étudié au collège ! Je pense qu’il mérite en effet d’être relu en dehors du contexte scolaire et du repérage des champs lexicaux 😉 !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *