L’Atelier des sorciers 1, Kamome Shirahama (manga, 2018)

Categories Esthétique des livres, L'Arbre-en-ciel, Litterarium
Atelier des sorciers (L') 1, Kamome Shirahama

L’Atelier des sorciers 1, Kamome Shirahama (manga, 2018)

Qu’est-ce qui a le plus de valeur ? Le don inné, ou l’apprentissage laborieux ? Bien que les deux ne soient pas forcément antinomiques, cette réflexion est la base du premier tome de cette série de mangas fantastique.

Coco est une jeune fille fascinée par la magie, bien qu’elle ne soit qu’une “humaine”, non prédisposée à l’usage de cet art… Car il s’agit bien là d’un art, tant graphique que chorégraphique, où les sorts sont pensés, équilibrés avant d’être dessinés. Le dessin permet au sort de prendre forme, ce que va expérimenter Coco à ses dépens, en voulant reproduire un symbole dans un mystérieux livre… Et la voilà catapultée apprentie sorcière chez maître Kieffrey, auprès de trois autres jeunes filles, dont la brune et sombre Agathe, tout sauf accueillante. Cette dernière voit en effet en Coco une “ignorante”, qui ne peut maîtriser la magie. Toutefois, Coco peut compter sur son enthousiasme, sa ténacité et le soutien de ses proches. Elle a en outre fait la promesse de réparer ses erreurs et de revenir sauver sa mère. Et pour cela, elle se jette à corps perdus dans l’apprentissage de la magie. Mais de mystérieux mages masqués semblent aussi vouloir la contrôler, la manipuler pour quelques sombres desseins.

Ce premier tome est très prometteur, posant les bases de la quête de Coco et présentant les principaux personnages. Le ton allie à la fois drame et comédie, notamment via les réactions de Coco, parfois ingénues et crédules, mais qui vit pourtant de véritables tragédies. On s’attache à ce personnage, d’autant plus si nous avons aussi rêvé, enfant (et rêvons encore), de pratiquer la magie… !

Le graphisme est sublime, fourni et minutieux, détaillant un univers merveilleux et onirique se rapprochant de La Passe-Miroir, de Harry-Potter ou Alice aux Pays des Merveilles, mais ayant sa propre identité. L’idée du sort dessiné est originale : en plus d’être esthétique et poétique, elle fait appel à une véritable réflexion pour créer un sort efficace et équilibré. Un art à part entière !

Atelier des sorciers (L') 1, Kamome Shirahama

Atmosphère/climat : venteux mais ensoleillé

Saveur : sucré, un peu amer, pétillant

Parfum : mélange de résine et de l’odeur métallisé du fer

Rythme : trépidant, comme le bruit de pas d’une personne courant dans la rue

Sonorité : bruits de jaillissement, d’étincellements, de bruissements, sonorité cristalline, comme dans « Aquarium » du Carnaval des animaux de Camille Saint-Saëns

Couleur : jaune doré lumineux. Un jaune d’étincelles et d’étoiles, que l’on attache volontiers à la magie, mais aussi jaune symbole de vivacité, d’enthousiasme.

Mots-clefs : magie, sorcellerie, sorciers et sorcières, apprentissage, ignorance, quête, adolescence

Fratrie culturelle :

Les Harry Potter, de J.K. Rowling, et la saga de La Passe-miroir de Christelle Dabos.


La série de manga (seinen) Arte, de Kei Ôhkubo.

Florence, début du 16e siècle.
Dans ce berceau de la Renaissance, qui vit l’art s’épanouir dans toute sa splendeur, une jeune aristocrate prénommée Arte rêve de devenir artiste peintre et aspire à entrer en apprentissage dans un des nombreux ateliers de la ville… Hélas ! Cette époque de foisonnement culturel était aussi celle de la misogynie, et il n’était pas concevable qu’une jeune femme ambitionne de vivre de son art et de son travail. Les nombreux obstacles qui se dresseront sur le chemin d’Arte auront-ils raison de la folle énergie de cette aristo déjantée ?

En accompagnement : des petits biscuits avec un glaçage joliment dessiné, et de l’encre-sang à boire !


SHIRAHAMA Kamome. L’Atelier des sorciers, t.1. Traduit du japonais par Fédoua Lamodière. Vanves : Pika éditions, 2018. 208 pages. (Collection Seinen).

Coco rêverait d’avoir des pouvoirs magiques mais la petite fille mène une vie tranquille avec sa mère dans un village. Un jour, après avoir observé un sorcier jeter un sort, elle se met en tête de l’imiter

2 thoughts on “L’Atelier des sorciers 1, Kamome Shirahama (manga, 2018)

  1. Merci pour ce petit article.
    J ai beaucoup aimé ce manga et en cherche un nouveau à commencer en attendant la suite.
    Des conseils à me donner ?

    1. Bonjour Marie,

      Je ne suis pas une spécialiste en la matière, mais j’ai beaucoup aimé dernièrement Arte (j’en parle d’ailleurs dans le paragraphe “Fratrie culturelle”), l’histoire d’une jeune apprentie peintre pendant la Renaissance italienne, et Le Maître des livres, où l’on suit un jeune homme découvrant les trésors d’une bibliothèque pour enfants, dont le responsable est pour le moins… surprenant !

      Belles découvertes à toi, et à bientôt.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *