Gnocchi de patate douce blanche poêlés à la sauge (vegan, sans gluten)

Categories Culinarium, L'Arbre-en-ciel, Mets mots, Plantes sauvages, Recettes salées, Sans gluten
gnocchi patate douce sauge vegan sans gluten

Aurais-je pu faire autrement ?

Longtemps j’ai souhaité

pouvoir revenir en arrière

modifier le passé

Je pleurais sur celle que j’aurais pu être

pourquoi j’ai préféré les ronces aux pâquerettes

pourquoi je ne suis pas monté dans le train

pourquoi j’ai dévié

pourquoi j’ai reculé

Aurais-je pu faire autrement ?

Mais maintenant

finalement

si je devais revenir en arrière

j’aurais trop peur

de perdre celle que je suis devenue

gnocchi patate douce vegan sans gluten

Gnocchi jaune topaze

Voilà bien longtemps que je n’avais pas cuisiné de gnocchi, après une période d’expérimentations multicolores allant du jaune soleil au rose fuschia, en passant par l’orange et le violet. D’habitude, je les aime nappés d’une sauce onctueuse aux légumes, mais j’avais cette fois-ci envie de gnocchi poêlés. Il fallait donc qu’ils se tiennent bien, même véganes et sans gluten. J’ai donc opté pour de la patate douce (ici blanche, mais les oranges et les violettes fonctionneront aussi très bien !), qui apporte davantage de liant que la pomme de terre classique. J’ai même pris le temps de leur donner leur jolie forme striée !

La sauge se marie parfaitement avec ces gnocchi crousti-moelleux, à accompagner préférentiellement de légumes verts. En plus d’apporter un délicat parfum, la sauge est la plante digestive par excellence. Elle est aussi anti-inflammatoire et antiseptique, parfaite en cas de maux de gorge ou de petits maux de bouche (gingivite, aphtes et autres joyeusetés… !). C’est aussi une plante régulatrice, que ce soit au niveau de la sueur ou des hormones : elle régule les cycles menstruels et calme les douleurs des règles. Autant de propriétés qui expliquent son nom tiré du latin salvare, “guérir”…

gnocchi patate douce sauge vegan sans glute

Gnocchi de patate douce blanche poêlés à la sauge (vegan, sans gluten)

Pour 2 personnes :

  • 300/350 g de purée de patate douce blanche
  • 40 g de fécule de pommes de terre
  • 40 g de farine de riz
  • 20 g de farine de maïs
  • 1 pincée de sel
  • 1 à 2 càs d’huile d’olive
  • 1 càs de sauge ciselée

Pour préparer la purée : peler les patates douces, les couper en gros dés et les faire cuire à la vapeur ou à l’eau jusqu’à ce qu’elles soient tendres. Les écraser encore chaudes avec une pincée de sel. Laisser bien refroidir.

Lorsque la purée est bien froide, ajouter les farines et la fécule. Malaxer pendant quelques minutes jusqu’à obtenir une boule. La pétrir encore quelques minutes pour bien libérer l’amidon des patates, qui va permettre aux gnocchi de bien se tenir. La pâte doit être souple et humide mais non collante. Elle reste un peu friable mais modelable.

Former les gnocchi : diviser la boule de pâte en 4. Rouler chaque quart en un boudin d’environ 2 cm de diamètre. Couper les gnocchi avec un bon couteau de manière à ce qu’ils mesurent environ 2,5 cm.

Pour leur donner leur forme caractéristique (facultatif, et demande un peu de dextérité), les aplatir un par un sur le dos d’une fourchette, puis les faire glisser vers le bas de la fourchette en appuyant doucement.

Faire chauffer de l’eau dans une grande casserole. Lorsqu’elle bout, ajouter les gnocchi et baisser le feu à petits bouillons. Égoutter les gnocchi lorsqu’ils remontent à la surface avec une écumoire, au bout de quelques minutes.

Dans une poêle, faire chauffer l’huile d’olive à feu moyen (pour éviter de la brûler), y faire revenir la sauge ciselée quelques secondes. Ajouter ensuite les gnocchi égouttés et laisser dorer quelques minutes en remuant bien la poêle pour éviter qu’ils ne s’accrochent.

Déguster immédiatement, accompagnés de légumes.

Variantes

Les patates douces blanches peuvent bien sûr être remplacées par leurs congénères oranges ou même violettes, ou par des pommes de terre à chair farineuse. L’ajout d’un œuf de lin (1 càs de graines de lin moulues + 3 càs d’eau) sera peut-être nécessaires pour ces dernières, moins “liantes” que les patates douces. La quantité de farine sera aussi à ajuster.

On peut ajouter une pincée de curcuma dans la purée refroidie pour une couleur jaune plus soutenue.

Pour une version avec gluten, troquer la farine de riz contre de la farine de grand épeautre ou de blé ancien : la pâte sera plus facile à travailler en raison du gluten, qui agit comme un liant.

Après cuisson dans l’eau bouillante, on peut aussi accommoder les gnocchi directement dans une sauce à base de légumes.

Conseils et conservation

Les gnocchi demandant un peu de préparation, il est intéressant d’en préparer une plus grosse quantité. On peut les congeler crus, ou les conserver une journée ou une nuit au réfrigérateur une fois cuits à l’eau.

gnocchi patate douce vegan sans gluten
Avant cuisson
gnocchi patate douce vegan sans gluten
Après cuisson à l’eau bouillante

6 thoughts on “Gnocchi de patate douce blanche poêlés à la sauge (vegan, sans gluten)

  1. J’aime beaucoup ton texte d’incipit… il me parle pas mal : même si j’ai pu vivre des choses difficiles, je ne regrette rien, car elles m’ont permis de devenir celle que je suis aujourd’hui, dans toute sa complexité…
    Pour ce qui est de ta recette, ils, ont l’air délicieux ces gnocchi. Crois-tu que je puisse remplacer la patate douce par du potimarron (dont la chair est aussi très dense) ?
    Je te souhaite une bonne semaine, toute douce et pleine de gnocchi délicieux !
    PS : Je pense qu’il y a une faute dans la phrase “Pour une version sans gluten, troquer la farine de riz contre de la farine de grand épeautre(…), je suppose que tu voulais dire, “Pour une version AVEC gluten…”.

    1. Bonjour Milounette,

      Merci, je suis ravie que ces mots aient pu te toucher 🙂
      Oui, je pense que tu peux remplacer la patate douce par du potimarron, c’est une très bonne idée ! À voir si la pâte tient bien (il faudra peut-être ajouter un œuf de lin ou davantage de fécule).
      Et merci pour la coquille, c’est corrigé !

      Belle journée à toi.

      Mathilde

  2. Très beau texte, qui nous concerne tous à différents degrés 🙂 J’aurais bien voulu avoir la maturité de maintenant il y a 10 ans, ça m’aurait évité pas mal de choses désagréables et m’aurait permis encore plus mature à mon âge actuel 😉
    Je suis fan de Sufjan Stevens aussi, sa musique est toute douce et enveloppante 🙂
    Tes gnocchis sont superbes. Je suis devenue accro à la sauge dans les plats salés, avec la patate douce elle doit très bien aller.
    Bises et bonne semaine !

    1. Je les ai fait ce midi, j’ai juste remplacé la fécule par de la farine de pois chiche, les gnocchis se sont très bien tenus. La conjugaison du goût chaud et sucré de la patate douce avec la puissance aromatique affirmée de la sauge est vraiment explosive en bouche ! Exquis… Merci pour cette belle recette 🙂

      1. Bonjour Claire,

        Merci beaucoup pour ce retour ♥ La sauge a aussi été une redécouverte pour moi grâce à cette recette !
        Ravie aussi que le texte t’ait plu, nous avons tou-te-s des parcours différents, donc c’est difficile de quantifier la maturité, mais je suis très touchée d compliment 😉
        En ce moment, je carbure musicalement parlant à Sufjan Stevens et Agnes Obel, ils ont le don de m’apaiser.

        Belle journée à toi.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *