À l’orée du verger, Tracy Chevalier (roman, 2016)

Categories Esthétique des livres, L'Arbre-en-ciel, Litterarium
À l'orée du verger, Tracy Chevalier

À l’orée du verger, Tracy Chevalier (roman, 2016)

Une fois n’est pas coutume, le personnage central de ce roman de Tracy Chevalier est un homme, Robert Goodenough, passionné par la botanique et plus spécifiquement par les arbres géants, les séquoias. Les figures féminines qui l’entourent sont cependant omniprésentes et atypiques, de Sadie la mère obstinée et hargneuse, à Molly, l’amante voluptueuse et déterminée, en passant par Martha, la petite sœur discrète mais courageuse.

Nous voici donc Outre-Atlantique, au milieu du 19e siècle, les pieds dans la boue, dans un marécage bien nommé « Black Swamp ». Le père, James Goodenough, amoureux des pommes sucrées, tente d’y faire pousser un verger, et notamment des pommiers de table, des reinettes dorées, au goût nostalgique de miel et de citron, avec une dernière note d’ananas. Mais c’est sans compter l’opposition de Sadie, sa femme, qui ne voit dans les pommes que la promesse d’une eau-de-vie bien forte. Dans ce climat tendu, la mort vient semer encore davantage de tumulte, conduisant le jeune Robert à quitter la maison et à prendre la route de l’Ouest. Sans but précis, il roule sa bosse, enchaînant les tâches et les travaux, d’écuyer à chercheur d’or, jusqu’à ce qu’il rencontre le botaniste William Lobb, qui ravive en lui l’amour hérité de son père pour les arbres, et notamment les séquoias, les arbres géants. Il se met alors à sillonner la Californie à la recherche de graines et de plants destinés à être envoyés en Angleterre. Toutefois, son passé finit par le rattraper en la personne de Martha…

Le récit est construit en quatre grandes parties, l’enfance dans l’Ohio, le périple de Robert vers l’Ouest, le destin de Martha, puis leurs retrouvailles. Dans chaque partie, Tracy Chevalier multiplie les points de vue et les genres narratifs, rythmant le récit avec efficacité, mais un caractère hétéroclite parfois déstabilisant. La première partie alterne ainsi récit externe et récit interne à travers la voix de Sadie, tandis que les 2e et 3e parties sont essentiellement constituées de lettres écrites par Robert ou Martha. Néanmoins, et comme toujours avec Tracy Chevalier, on se laisse porter par sa plume fluide et vive, son écriture pleine de sensibilité. Cette fois-ci, elle met en avant la botanique, détaillant par exemple une greffe, un prélèvement de graines ou de plants, ou encore les conditions de conservation de ceux-ci, à travers des descriptions détaillées mais sans pesanteur, très sensorielles.

On retrouve donc dans ce roman tous les ingrédients d’un Tracy Chevalier : aspect historique, mise en avant d’une passion, d’un savoir-faire, écriture sensorielle, un petit côté nature writing, et enfin des destins atypiques mettant en scène des personnages forts, passionnés, déterminés. Une lecture qui nous transporte à une autre époque, dans d’autres contrées, et qui donne envie d’avoir foi en ses rêves et en ses valeurs !

À l'orée du verger, Tracy Chevalier

Atmosphère/climat : chaud, presque caniculaire, un temps où l’on recherche et apprécie l’ombre de grands arbres.

Saveur : un goût de pomme bien sûr, de pomme sucrée légèrement acidulée, mélange de miel et de citron, avec une dernière note d’ananas…

Parfum : pomme et pomme de pin, odeur légère et sucrée de pomme, suave et épicée du pin.

Rythme : assez rapide, sautillant entre le présente et le passé, avec des retours en arrière.

Sonorité : sabots d’un cheval sur un chemin caillouteux, bruissements du vent dans les arbres…

Couleur : doré, comme la chair des pommes sucrées affectionnées par le père, les reinettes dorées, comme le soleil de Californie, mais aussi comme les pépites d’or qui attirent tant les hommes, parfois jusqu’à leur faire perdre la tête…

Mots-clefs : botanique, arbres, séquoias, pommes, États-Unis, 19e siècle, famille, drame, amour, destin, courage

Fratrie culturelle :

GILBERT Elizabeth. L’Empreinte de toute chose. Traduit de l’anglais (États-Unis) par Pascal Loubet.Paris : Calmann-Lévy, 2014. 611 pages.

Alma Whittaker naît avec le XIXe siècle à Philadelphie, d’un père anglais botaniste et roublard et d’une mère hollandaise érudite et rigoureuse. En grandissant, Alma acquiert une intelligence éclectique et se passionne pour la botanique, puis pour Ambrose Pike, illustrateur de génie. Comme elle, il cherche à percer les secrets du monde qui l’entoure, mais préfère la pensée ésotérique.


CHEVALIER Tracy. La Dernière fugitive. Traduit de l’anglais (États-Unis) par Anouk Neuhoff. Paris : La Table Ronde, 2013. 373 pages.

Quand Honor Bright se décide à franchir l’Atlantique pour accompagner dans l’Ohio sa sœur, promise à un Anglais récemment immigré, elle pense pouvoir recréer auprès d’une nouvelle communauté le calme de son existence de jeune quaker. Mais l’Amérique de 1850 est périlleuse. Sa sœur est emportée par la fièvre jaune et Honor se retrouve seule sur les routes accidentées du Nouveau Monde.


GROLLEAU Fabien (scénariste), ROYER Jérôme (illustrateur). Sur les ailes du monde : un voyage de J. J. Audubon. Paris : Dargaud, 2016. 184 pages.

Biographie du premier scientifique d’origine française du XIXe siècle, peintre, dessinateur et ornithologue, naturalisé américain. Sa vie fut tumultueuse : faillites, détention, voyage en Europe pour financer ses reproductions de planches.

En accompagnement : une belle tarte aux pommes accompagnée de sirop de pin à la place du sirop d’érable !


CHEVALIER Tracy. À l’orée du verger. Traduit de l’anglais (États-Unis) par Anouk Neuhoff. Paris : Quai Voltaire/La Table Ronde, 2016. 336 pages.

En 1838, dans l’Ohio, la famille Goodenough cultive des pommes. Ils sont confrontés aux aléas du temps qui met en péril leurs récoltes, à l’alcoolisme de Sadie, la mère, mais aussi aux rumeurs qui courent dans le village de Black Swamp. Des années plus tard, Robert quitte sa sœur Martha pour tenter sa chance dans l’Ouest et se lance dans le commerce de séquoias.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *